Une aventure aux limites de l'invraisemblable... ! D'ailleurs je me demande encore si je n'ai pas rêvé...

Au sortir de l'aventure sur le Téméraire, j'ai envie d'un peu de calme, de retrouver mes racines, mon petit village de Franche Comté, mon joli château (eh oui !). La vie tranquille, quoi ! Eh ben, non. Ca recommence ! Une petite blondinette (adorable c'est vrai) va mettre le chambard dans ma petite vie bien réglée. Ah la la ! Vivement la retraite ! Mais je fais aussi connaissance de Comète, un vrai pur-sang Arabe ! Qu'est-ce qu'il est beau !

Les premières lignes...

Arrêt sur image. Plus personne ne bouge ni ne respire. Tous les occupants de la pièce restent immobiles, on dirait une photographie. Deux policiers en uniforme, une secrétaire. Un cri:
- Non! Ne fais pas ça, petite!
Les représentants de l’ordre n’en mènent pas large. Ils restent à trois mètres de la fenêtre, prudemment, la main tendue comme une invitation. L’un d’eux esquisse un sourire engageant :
- Allez, arrête ton cirque et viens, tu vas te rompre le cou, on est au deuxième, tu sais?
Elle est montée sur le bord de la fenêtre, pieds nus, habillée d’une manière incroyable, on la dirait ajustée au millimètre dans un ensemble formé de dizaines de bandes colorées dans la dominante jaune agressive, entrelacées d’une manière compliquée, et pourtant sans la moindre couture. Cela moule son corps mince et longiligne d’adolescente comme un justaucorps de stretching qu’aurait dessiné un grand couturier dont l’imagination fertile ne s’inspirerait d’aucun schéma connu. Peut-être s’agit-il d’un modèle de collection qu’elle a endossé dans le but de poser pour des photos de magazine, car malgré son teint pâle et ses traits tirés, son visage est d’une farouche beauté, son charmant minois s’orne de jolis yeux bleus méthylène agrandis par la tension, ses long cheveux bizarrement colorés en un damier blond et bleu s’égaillent dans le violent courant d’air comme dut le faire l’oriflamme de Jeanne d’Arc à la bataille d’Orléans...

Les armes de la Franche-Comté:



Elles sont ainsi définies : " le Grand Lion d'or de Bourgogne armé et lampassé de gueules, sur champ d'azur parsemé de billettes d'or sans nombre ".
Les armoiries de Franche-Comté remontent à l'année 1279. Le blason n'est autre que celui du plus français des comtes de Bourgogne, Othon IV. En adoptant dans ses armes le Lion de Bourgogne au lieu de l'Aigle germanique, Othon IV traduisit ainsi sa résistance aux prétentions de l'Allemagne sur une terre française et de langue. Au XVIe siècle, le lion fut surmonté d'une couronne de comte et entouré du collier de la Toison d'Or. Mais cette ornementation n'eut jamais un caractère officiel et chacun resta libre d'en varier les motifs. Les blasons de toutes les villes comtoises sont coupés en tête du lion de la province. Seule la cité de Besançon en sa qualité de capitale porte des armoiries complètes et sans coupure.

Un pur sang Arabe:


C'est mignon, non ? Il est presque aussi beau que le mien...

Mon château, à Rocheblanche. Sympa, non ?


(Nb: il ressemble un peu au château d'Ussé, vous ne trouvez pas ?)

Les avions:



F5 Tiger Suisse et Eurofighter Typhoon