L'aventure continue...
Le cheval que Prune s'était un peu approprié - en le sauvant d'une mort certaine - ce cheval d'or qu'elle avait appris à connaître et à aimer, va lui échapper. Son véritable propriétaire l'a retrouvé et souhaite légitimement le récupérer. Pour Prune, ce n'est pas possible ! Une seule solution....

Les premières lignes...

- Vous n'êtes pas encore couchés ? demande Papa d'une voix dans laquelle il tente d'insuffler quelque sévérité. Il appuie rageusement sur la zapette sans même regarder l'écran.
- Oh Papa... on regardait... dit Prune en s'étirant.
- C'était suprêmement intéressant, soupire Bertrand.
- Intéressant ? Sûrement des bêtises !
- Non Papa, se défend Prune, c'étaient des images du Championnat du monde à Leipzig !
- Du quoi ?
- Bah, du cheval, du cheval et encore du cheval ! coupe son frère. Si encore c'était du rugby !
Papa regarde son beau garçon, dix ans et toutes ses dents, son visage mat serti d'un regard intelligent et malin, et cette houppette si originale qui démarre à la verticale côté droit.
- Du cheval à cette heure-ci ? Vous me prenez pour un puissant débile ?
- Sur Equidia, Papa, du cheval à toute heure !
Il tourne son regard vers Prune, sa fille âgée d'une douzaine d'années, format brindille poussée un peu vite, aux longs cheveux châtain clair avec quelques mèches franchement blondes ici ou là. On remarque aussi une petite constellation de taches de rousseur pastel sur le haut de ses joues. Un assemblage curieux, mais si charmant, surtout quand elle sourit ! Et elle sourit tout le temps, ou presque, car elle est d'humeur joyeuse !
- Admettons, alors le championnat du monde de cheval ?
- Le championnat du monde de CSO, papa.
- De... ?
- Saut d'obstacles, papa. Concours de Saut d'Obstacles. C'est même un CSI, concours de saut international.
- Ah oui, bon. A Leipzig ?
Il prononce à l'Allemande : « Laïpsiche ».
- Euh oui.
- Et sais-tu où ça se trouve, Leipzig ?
- Euh...
- Tu vois, tu ferais mieux d'apprendre ta géographie.
- Mais Papa...
- Allez, zou ! Aux plumes !
Prune se lève, fait un mouvement d'assouplissement au niveau des reins, puis se plie en deux en arrière jusqu'à toucher terre. Une impulsion, la voilà complètement à l'envers, marchant sur ses mains.
- Cette émission était renversante. Tu me fais un bisou, Papa ?
- Quand tu seras à l'endroit. Et tâche de ne pas me fusiller la chaine hifi avec tes acrobaties, comme la dernière fois.
- Bah... je l'ai à peine effleurée !
- Effleurée ! s'exclame Bertrand en riant, tu l'as éparpillée sur trois mètres carrés !
- N'importe quoi, dit-elle en enchaînant sur une roue impeccable.
- Aïe ! Non ! crie Papa.
- Ouille ! Aïe ! crie Bertrand.